Bouchons embouteillages aéroport Paris Orly

3 conseils pour éviter les bouchons vers l’aéroport d’Orly

3 conseils pour éviter les bouchons vers l’aéroport d’Orly
5 (100%) 1 vote

Ça y est, à la fin de la semaine vous vous êtes offerts un petit week-end pour décompresser. Vendredi, jour du départ, la quinzaine de kilomètres à parcourir entre Paris et les parkings de l’aéroport d’Orly (voir plus pour nos lecteurs de banlieue) peut parfois vous prendre plus de temps que votre vol… La faute aux longs kilomètres de bouchons qui s’étendent vers l’aéroport de Paris.

Comme la téléportation n’est pas encore une solution concluante, je vous donne mes petits conseils pour éviter les bouchons de l’aéroport d’Orly :

1. Découvrez les transports en commun

Oui je sais, on a connu plus agréable que de se retrouver collé à pleins d’inconnus après une longue journée de travail. Cependant, difficile de trouver une solution moins chère.  A priori pas d’embouteillages en vue via le RER mais rien ne vous empêche de faire une petite prière pour qu’il fonctionne. Si vous vous engagez dans cette voix, 3 solutions :

  • La plus rapide : Le RER B jusqu’à « Anthony », avant de sauter dans le mini métro Orlyval qui vous conduira soit à Orly Sud, soit à Orly Ouest. Il vous en coûtera 9,30€ et 1h de transport depuis le centre de Paris.
  • La plus économique : Le tramway T7 que vous attrapez via la ligne 7 du métro. Il vous en coûtera un ticket de métro à 1,90€ et 1h20 de transport depuis le centre de paris.  
  • La plus confortable : Le RER C jusqu’à « Pont de Rungis » (loin de toute congestion possible), d’où part le bus de l’aéroport « GO C Paris ». Vous profiterez de la vue sans être pressé comme un citron. Vous pouvez également tenter le OrlyBus accessible à Denfert Rochereau mais attention aux embouteillages ! Dans ce cas là il faudra compter 7,70€ si vous n’avez pas de pass navigo allant de la zone 1 à 4 (dans ce cas c’est gratuit).

Et voilà le petit tableau récapitulatif :

2. Fuyez les heures de pointe

Les transports en commun, c’est pas trop votre truc : trop de monde, pas assez de confort et avec les valises ça devient une véritable galère ! On part donc sur l’option voiture. Là dessus, il va falloir la jouer serrer. Au lieu de partir vendredi vers 17h-18h –comme tout le monde – pour prendre votre vol vers 20h – comme tout le monde, pourquoi ne pas partir durant une heure creuse ? Autre option : opter pour un vol tard. Vous aurez ainsi évité (ou minimiser) les bouchons, et vous pourrez tranquillement confier votre voiture à un voiturier Ector. Là dessus, pas de stress, vous vous posez tranquillement avec votre café pour lire votre guide touristique du week-end en attendant votre vol.

3. Essayez le chemin de traverse

Troisième situation : vous détestez les transports en commun, et vos horaires ne sont pas flexibles. Pas le choix, vous devez prendre la voiture en heure de pointe. Dans ce cas, vous pouvez toujours gagner quelques minutes par un contournement du gros des bouchons. L’astuce est d’arriver par le Sud en prenant la N104 avant de rejoindre l’A6, il devrait y avoir théoriquement moins de bouchons. Vous pouvez également utiliser une application de type Waze qui vous permettra de gagner quelques précieuses minutes en cas de gros embouteillages.

Et pour finir, rassurez-vous, ça n’arrive pas qu’à vous, comme nous l’a un jour raconté Guy, un de nos clients :

Il y a 2 ans nous partions en Tunisie ! Comme d’habitude, mon beau-père nous fait partir au dernier moment ! Et comme d’habitude, nous tombons dans les bouchons sur la francilienne à cause d’un accident !

Nous réussissons à dépasser l’accident, activons le mode slalom entre les voitures pour finalement arriver à l’aéroport de Roissy à 6:55 ! Si Ector ne nous attendait pas devant la porte des départs afin de prendre en charge notre véhicule, nous aurions à coup sûr raté notre vol.