Partager sur :

Après avoir confié le stationnement de votre voiture à votre chauffeur Ector, comme par exemple aux parkings de l’aéroport Toulouse-Blagnac, présent dans votre aéroport de départ, le 2e choix confort que vous devez faire est de prendre un siège douillet dans l’avion. Choisir sa place (et éviter un mauvais placement) est le prérequis du bon déroulement de votre début de vacances, pour pouvoir dormir en paix pendant le vol.

Comment choisir la place qui conviendra le mieux lors de mon vol ?

  1. Je valide mon placement en ligne et à l’avance
  2. Si je suis patient, je monte en dernier
  3. Si je suis grand, je choisis une place en tête de rangée, près du couloir ou près des sorties de secours
  4. Si je suis en famille, je me mets sur la même rangée et près de la tête de rangée
  5. Si je suis un dormeur ou un Instagrameur, je prends une place près d’un hublot
  6. Si je suis phobique de l’avion, j’opte pour une place près des places à côté des ailes, des sorties de secours et des couloirs

 

1. Pour tout le monde : le placement en ligne et à l’avance  

À moins d’avoir passé les dernières années sur une île reculée du Pacifique, vous êtes au courant qu’à l’ère du tout numérique, vous pouvez réserver votre siège sur le site de votre compagnie aérienne.

Choisissez votre place au moment de la réservation de votre vol (attention, en fonction de la compagnie, ce service peut être payant). Cette anticipation vous permet de choisir les meilleures places disponibles et ainsi d’éviter de vous retrouver par défaut assis à côté des toilettes (bonjour les odeurs et les lumières), des cuisines bruyantes, du couloir de passage ou coincé à la terrible place du milieu. Le placement en ligne reste ouvert jusqu’à 24 heures avant le vol, mais plus vous approchez de la date de votre vol, plus le choix se restreint.

Pour les plus old school d’entre vous, qui préfèrent un échange avec l’hôtesse au comptoir de la compagnie ; si vous lui demandez avec un grand sourire, elle vous trouvera – peut-être – la dernière perle rare des sièges encore disponibles.

2. Pour les plus patients : montez dans l’avion en dernier

Si vous savez faire preuve de patience, attendez que tous les passagers aient embarqué et soient installés. En arrivant le dernier, vous pourrez voir les sièges restants. Si vous avez spotté une place vacante, demandez au personnel de bord de vous y installer.

3. Pour les grandes gambettes : visez les places en tête de rangée, près des sorties de secours et du couloir

Si vous avez de grandes jambes, optez pour un siège sur la première rangée, au niveau des sorties de secours ou côté couloir afin d’avoir de l’espace pour (d)étendre vos jambes.

Petit bémol pour les places côté couloir : avec les allées et venues, vous risquez de vous faire écraser les doigts de pieds au moins deux ou trois fois.

4. Pour les familles : regroupez-vous sur la même rangée

Si vous embarquez toute votre famille pour de belles vacances, enregistrez bien toutes les places ensemble et à l’avance pour être sûr d’être côte à côte.

Pour les heureux parents d’un nourrisson, choisissez un siège en tête de rangée, en face des cloisons où sont fixés les lits pour bébés.

5. Pour les dormeurs ou les photographes en herbe : installez-vous près des hublots

Pour dormir confortablement durant votre vol long courrier, assurez-vous qu’en plus d’avoir votre coussin repose-tête, vous obtenez une place côté fenêtre. Le même conseil s’applique pour les Instagrameurs car la place hublot permet de faire des belles photos !

6. Pour les aérodromophobes : courez à côté des places près des ailes, des sorties de secours et des couloirs

Si vous faites partie des 40% d’adultes qui souffrent d’une peur des voyages en avion, bien choisir sa place peut rendre votre voyage un peu plus agréable.

Vous placer près des sorties de secours ou du couloir vous rassurera certainement, car en cas de problème, vous serez dans les premiers à pouvoir sortir. Sinon, sachez que les places situées près des ailes de l’avion sont celles où l’on ressent le moins les turbulences.

Enfin, selon une étude récente sur les crashs aériens, il semblerait qu’en cas de crash, les passagers assis sur les sièges en fin de rangée ont 40% plus de chances de survie. Le revers de la médaille : ces places sont peu confortables car elles sont situées contre les parois et les sièges sont souvent peu inclinables.